Foyer Georges BERNANOS

Judo, Ju-jitsu, Baby-judo, Kata, préparation physique, Sambo...

Bienvenue!

Bienvenue sur le site du Foyer Georges Bernanos. Association "loi 1901" créé en 1968. 

Horaires

Horaires d'ouverture du club.

Mardi et Vendredi : 18h30 - 20h00,

Mercredi : 14h00 - 19h00,

Samedi : 15h - 19h00.


Contact

2, rue Théophile Gautier. 76620 Le Havre.

06.09.93.64.33 

 06.17.42.05.06

ou

02.35.53.28.80

http://www.judobernanos.com

judobernanos@orange.fr

Voir sur la carte

Suivez nous


  

Partenaires




Le dojo traditionnel était orienté selon les points cardinaux et une symbolique précise. Le mur situé au nord s’appelle le kamisa, « lieu où siègent les kami (divinités shintô)». C’est le mur d’honneur au centre duquel peut être disposé le tokonoma, le petit autel à la mémoire des ancêtres. Dans notre dojo cela correspond à l’emplacement du portrait de Maître Jigoro Kano. Mais on peut y ajouter le fondateur ou Maître du dojo si on le désire. Au Sud le shimosa accueille les élèves qui se disposeront selon un ordre hiérarchique : les sempai proches du mur Est ou joseki, et les kohai du côté du mur Ouest, ou shimoseki. Les quatres murs déterminent les espaces de placement, des places justes pour chacun à un moment déterminé, symbolisées à un autre niveau par les cinq éléments. Le débutant entrera, matière brute (terre), au shimosa du côté du shimozeki, s’assouplira en devenant de plus en plus fluide (eau) pendant sa progression le long du même shimoza, pour parvenir, force vive (feu), au jozeki. Il pourra alors insuffler (vent) l’enseignement face au kamisa et aspirer à sa réalisation (vide). Cette symbolique a l’avantage d’illustrer également la manière dont va s’effectuer la transmission de la  connaissance. Le professeur va diriger son action vers les plus anciens de ses élèves, qui, à leur tour, vont aider à la progression des débutants. Selon la même logique, le jozeki accueille les hôtes de marque, pratiquants d’arts martiaux, et les uke. Le shimozeki reçoit les visiteurs non-pratiquants et les candidats à un examen de passage de grade.

On peut comprendre pourquoi le dojo n’est pas qu’un lieu sportif, mais avant tout un lieu sacré ou l’on vient pratiquer un art martial, ou l’on vient suivre la voie « DO » et le code moral du judo.

En arrivant au dojo le (la) judoka(te) passe par le vestiaire où, après d’éventuelles ablutions si les règles élémentaires de l’hygiène le réclament, il se dépouille de ses vêtements séculiers pour revêtir la tenue traditionnelle du pratiquant, le dogi, pour nous le judogi, (je tiens aussi à rappeler aux ceintures noires, qu’il est impoli de ce changer dans le dojo, ce n’est pas un vestiaire…). Et on profite de saluer ses camarades. Puis chausser de zoris ou de sandales réservées à cet usage, il se dirige vers l’entrée de la salle, du dojo proprement dit où va avoir lieu le cours. Au seuil du dojo, notre judoka incline le buste conformément à la posture de salut ritsu-rei. En arrivant devant le tatami, il fait glisser ses pieds hors de ses sandales et il refait le salut ritsu-rei, en prenant pied sur le tatami (en y montant). Et s’il y a dans le lieu un portrait au kamisa, on le salue également. Ensuite il va s’installer à la place qui lui semble convenir à sa position hiérarchique en position shizentai (debout), il attend le signal « seiza » et s’agenouille. Selon le lieu il devra saluer en za rei  jusqu’à trois fois au signal : « shomen ni rei » (salut au kamisa) – « sensei ni rei » (salut au maître) – « otagai ni rei » (salut aux élèves). Au signal « kiritsu » (ordre donné pour se relever) tout le monde se relève et le cours peut commencer.

Tout au long de l’entrainement nous allons nous saluer de nombreuses fois en position debout ritsu-rei et à genoux, en za rei  lorsque l’on va travailler au sol. (Mokuso  est une forme de méditation que l’on peut faire au début et à la fin du cours. Après une journée d’école ou de travail, cela sert à vider son esprit. On va se concentrer sur sa respiration, en inspirant et expirant on fait descendre l’air jusqu’au hara. Cela apporte la paix intérieure et on peut alors commencer le cours avec sérénité et bonne humeur).

Les règles importantes de politesse que l’on doit respecter sur le tatami hormis les saluts, sont les liens d’amitié avec le professeur ou Maître. Sur le tatami ce n’est pas un copain mais le Maître et on doit lui parler et le respecter comme tel ! Si l’on a un différend avec un camarade ou l’enseignant, on le règle après le cours en dehors du tatami, et jamais sur le tatami, c’est impoli.

On doit avoir une tenue correcte. Son judogi est toujours propre et sa ceinture bien nouée. On  ne crie, ne siffle et ne chante pas, on ne dit pas de gros mots et on ne bavarde pas inutilement. On reste concentré sur son travail. La valeur d’un(e) judoka(te) se voit dans son travail sur le tatami.

Tous ces rituels font partie du long apprentissage du judoka, et si l’on ne les apprend pas, que restera-t-il du judo ? Même si vous n’avez pas envie d’utiliser à la lettre toute l’étiquette du judo vous devez la connaître. L’étude du judo ne s’arrête jamais à chaque kyu, ou dan ; c’est un nouveau départ vers l’étape suivante et ainsi de suite. Chaque jour est un nouveau jour, et chaque jour il faut se remettre en question car la perfection n’existe pas. Seul le travail compte si l’on veut progresser dans la vie et cela est valable pour toutes les choses que l’on entreprend.

Copyright LCM