MIKAEL LE COADOU – 6ÈME DAN

Mikaël Le Coadou, professeur au Foyer G. Bernanos Judo – Le Havre, obtient en ce samedi 12 novembre 2022 le grade de CEINTURE BLANCHE-ROUGE 6ÈME DAN : ROKUDAN à l’Institut du Judo (Paris).
 
Partenaires : Bruno Souday (Koshiki no Kata), Loevan Le Coadou (Nage waza), Maell Montheard (Ne waza)

Les mots de Mikaël ..

« Passez vos grades, vous méritez de passer vos grades… » voilà les paroles qui me sont revenus de mon père en regardant le plafond, en sortant du tatami, après l’annonce de mon passage de grade. Ces paroles sont ancrées, tout en gardant à l’esprit qu’une personne qui méritait largement ce grade c’était lui. Ses enseignements, ses paroles, ses conseils, ses adages me reviennent régulièrement en tête et avec l’âge j’en découvre souvent d’autres significations ou plus largement la profondeur. Ce 12 novembre c’était TON « travail » que j’ai essayé de montrer sur ce tatami. 4 jurys voulaient mettre la mention « Excellent », le 5ème considérait que nous étions allés trop vite sur le Kata… et c’était vrai. Je les remercie pour leurs gentils mots. S’entendre dire : « Je n’ai qu’une chose à dire, vous faites bien Judo » c’est gratifiant, c’est le résultat de ta passion. Le JUDO a cette richesse de pouvoir permettre à chacun de se mettre et remettre en question, de se donner des objectifs, de passer par les divers sentiments que la vie nous offre et vous pouvez parfois « goûter » à cela dans la même journée. A l’âge où l’on pourrait se dire « ce n’est plus pour moi » et rester à la maison, le JUDO permet d’échanger, de se tester, de vivre… Les différents grades en Judo permettent d’aborder de nouveaux apprentissages, d’échanger, d’évoluer. J’ai souvent entendu « Tu te prépares pour le 6ème Dan ? ». Ma réponse a toujours été la même : « Je fais du judo depuis 1974, je continue mon cheminement ». Depuis 2018 nous travaillons le Koshiki no kata avec Bruno SOUDAY. Il m’avait demandé de lui servir de partenaire pour son passage du 6ème Dan. J’ai pris cela comme un honneur et une marque de confiance et je pense ne pas avoir hésité pour lui répondre. Depuis nous travaillons énormément ensemble, un peu trop peut-être au grand dam de nos épouses. Mais nous évoluons, nous apprenons et cela ne peut-être que profitable pour nos clubs. Après la réussite de son 6ème dan, je pense un peu l’avoir attiré sur la compétition de Kata et à partir de là c’est un peu parti en « vrille » : Coupe d’Europe, Championnat de France, Tournois. Mais surtout beaucoup d’heures à éplucher ce Kata que l’on ne connaissait pas et que nous découvrons encore. Cela a fait évoluer nos clubs, nos groupes kata se développent et rayonnent. En plus de cela j’ai découvert une personne, un ami avec lequel nous échangeons énormément : MERCI BRUNO. L’aventure ne s’arrête pas là. Hier, nous avons échangé les rôles pour mon passage et cela a fonctionné. Je ne vais pas oublier mes deux autres UKE, je ne peux pas et je ne dois pas. - Loevan, mon fils, qui m’a aidé dans ma prestation debout. En regardant les vidéos on peut dire que tu en as pris des chutes… mais tu t’es relevé pour me permettre de m’exprimer. Merci mon fils. Tu as fait parti de mes premiers « Baby judoka » et maintenant tu me sers de partenaire. - Maëll MONTHEARD, qui m’a servi de Uke sur ma prestation au sol. Encore de l’affectif, un élève, un ami qui a commencé à 6 ans, il y a presque 20 ans, au club. Un beau et bon judoka aussi. Hier, le « fusil » était chargé avec trois belles « cartouches », trois excellents judokas disponibles, serviables et solidaires et nous sommes arrivés à quatre sur le tatami pour chercher un 6ème Dan. Merci à tous ceux qui m’ont conseillé et aidé. Je finirai en remerciant le reste de ma famille pour leur soutien, ma mère, mon frère, ma sœur, mes filles et surtout ma femme qui me laisse vivre ma passion. Certains doivent se dire en lisant cela : « le canard »… je le pense. Merci à Sara, je pense lui avoir un peu accaparé son mari depuis quelques temps. Mikaël Le Coadou
MIKAËL LE COADOU
Entraîneur au Foyer G. Bernanos