Bienvenue!

Bienvenue sur le site du Foyer Georges Bernanos. Association "loi 1901" créé en 1968. 

Horaires

Horaires d'ouverture du club.

Mardi et Vendredi : 18h30 - 20h00,

Mercredi : 14h00 - 19h00,

Samedi : 15h - 19h00.


Contact

2, rue Théophile Gautier. 76620 Le Havre.

06.09.93.64.33 

 06.17.42.05.06

ou

02.35.53.28.80

http://www.judobernanos.com

judobernanos@orange.fr

Voir sur la carte

Suivez nous


  

Partenaires





Le Mokuso est une courte méditation pratiquée en Judo avant de commencer un entrainement, dont le but est précisément de mettre le mental en condition de parfait apaisement et de réceptivité (En mettant de côté, les soucis de la journée) par la sensation d'"être, ici et maintenant", concept très similaire au concept Zen de "Mushin" (Vide mental absolu). Il se pratique en Seiza (Au sol), les yeux fermés, la main gauche posée dans la main droite, paumes vers le ciel, les pouces ne se touchent pas (Symbolisant la dualité, In / Yo et la recherche du Satori) ou comme sur la photo, se touchent à partir du moment où l'on a atteint le Satori ( État mental Zen , illumination) .


La respiration pendant Mokuso

Mokuso est une phase importante de la pratique d'un Art Martial. Il se pratique au tout début de la séance et à la fin, en position seïza.

Le Mokuso du début sert à faire le calme dans son esprit, à laisser le monde et ses problèmes et préoccupations à l'extérieur du Dojo, et à se concentrer sur la séance à venir.

Le Mokuso de la fin sert à relâcher le corps et l'esprit de l'activité intense de la séance, à faire le vide et retrouver le sérénité.

Le cycle de respiration se fait en 3 phases :


Inspiration

Maintien

Expiration

Inspiration : inspirez doucement par le nez, pendant 3 ou 4 secondes, en visualisant l'air descendant jusqu'à votre "tanden" (c'est le point situé environ 3 cm sous votre nombril, à l'intérieur de votre corps; en quelque sorte, votre centre de gravité). Ceci permet une respiration profonde. Vos épaules ne bougent pas, c'est votre abdomen qui se gonfle sous la poussée du diaphragme qui s'abaisse; ceci vous donne un plus grand volume d'air qu'une respiration thoracique (en gonflant les poumons).

Maintien : à la fin de la phase d'inspiration, retenez l'air, visualisez le dans le tanden, pendant 2 à 3 secondes. Relachez bien tous vos muscles, notamment les épaules, le visage, le cou, tout doit converger vers le tanden.

Expiration : Expirez très lentement par la bouche, légèrement entrouverte, pendant 10 à 15 secondes, en contrôlant le flux avec votre abdomen; plus l'expiration sera lente, plus l'impression de calme et de détente sera ressentie. N'expirez pas à fond, vous auriez une sensation d'asphixie, et nous voulons que tout se passe en douceur. Lorsque vos poumons sont vides sans contraction d'aucune sorte, vous recommencez le cycle d'inspiration.

Il est impossible de ne penser à rien; penser qu'il ne faut penser à rien, c'est déjà penser! Concentrez vous sur l'acte même de la respiration, sur le flux d'air qui descent jusqu'au tanden, sur votre relâchement général. Au bout d'un certain temps, votre esprit fera cela de manière presque automatique, c'est à dire qu'il y "pensera" moins, mais il aura quand même un fil ténu pour se raccrocher et ne pas diverger vers les pensées multiples qui attendent à la porte et ne demandent qu'à surgir et perturber notre belle sérénité.

Vous pouvez, selon vos capacités respiratoires, modifier les durées indiquées ci-dessus, mais l'essentiel est de le faire sans effort, pour ne pas induire de tensions perturbatrices.




Copyright LCM